Un puissant rituel yogique 

108 SALUTATIONS AU SOLEIL 

Mais pourquoi 108 ?

La salutation au soleil est un enchaînement d’asanas en rythme avec la respiration dont tout yogi connaît l’existence, d’une manière plus ou moins approfondie et sous toutes ses formes. Surya Namaskar (la salutation au soleil en Sanskrit) signifie : “s’incliner devant le soleil”. Traditionnellement pratiqué au lever du jour face au soleil pour apporter et rendre grâce à notre énergie vitale : Le “Prana” 

Le terme surya vient du mot svar : « briller » et personnifie le soleil. Namaskara est formé de deux racines, namas : « salutation, adoration » et kara : « faire ». 

En honorant cette énergie qui donne, transforme et cultive la vie, nous nous connectons à notre état de présence, et à la source de toute chose : “SAT-CHIT-ANANDA”. Surya Namaskar commence et se termine les mains jointes afin de saluer le soleil et rendre hommage à ‘ici & maintenant’ : à l’instant présent. 

SURYA NAMASKAR 

Il existe une cinquantaine de versions distinctes à travers le monde, sous toutes ses variations un ordre spécifique des postures est respecté. 

La salutation au soleil A et B de l’Ashtanga Yoga sont les plus connues. Surya Namaskar s’impose à chaque yogi et yogini de cette planète comme un langage universel à travers lequel nous nous comprenons et avec lequel nous nous connectons au grand tout. 

Pourquoi 108 ? 

Dans la tradition yogique, une pratique est souvent répété 108 fois comme un acte spirituel sacré. Pour commémorer une occasion spéciale ou le début/la fin d’un voyage. C’est pourquoi, lorsqu’on pratique les 108 salutations au soleil, il est possible de poser une intention, et de dédier cette expérience à un but qui nous tient à cœur. Dans la philosophie du yoga, 108 est un nombre sacré que les mathématiciens de la tradition védique ont établi comme étant le nombre représentant l’intégralité de l’existence. 

Voici quelques exemples :

  • Il y a 108 Upanishads (une collection de textes religieux et philosophiques indiens datant de 800 avant notre ère) 
  • Selon l’Ayurveda et la médecine chinoise, il y a 108 points sacrés (marma) dans le corps 
  • Il y a 108 lignes d’énergie qui convergent pour former le chakra du cœur
  • Il existe 54 lettres de l’alphabet sanskrit avec un côté masculin/féminin (=108) 
  • Chaque Mala a 108 perles. 
  • Il existe 108 sites sacrés connus sous le nom de pithas, dans toute l’Inde.
  • Les paroles du Bouddha sont enregistrées dans le Kangyur tibétain en 108 volumes. 
  • Il y a 27 constellations lunaires sur 4 éléments et 4 directions (27 x 4 = 108) 
  • Le rapport de la terre à la lune = 108 
  • Le rapport du diamètre du soleil à la terre = 108 

Comprendre et honorer la signification au nombre 108

nous confère à notre juste place dans l’ordre cosmique des choses

Ce puissant rituel yogique, que l’on pratique traditionnellement aux équinoxes et aux solstices pour accueillir chaque changement de saison : le 21 Mars, le 21 juin, le 21 septembre et le 21 décembre. Symbolisant le passage et le renouveau nous pouvons également pratiquer ce rituel lors d’une transformation. S’incliner devant l’astre cosmique solaire nous entraîne vers le chemin de la libération. En effet, dans cet enchaînement répétitif, nous pouvons calmer le mental et lâcher prise, il est alors vécu comme une méditation active. Cette pratique s’impose comme une expérience incroyable de ‘Svadhyaya’ : l’étude de soi. Nous pouvons ressentir plusieurs émotions, en passant par des sortes de phases d’inconfort, d’ennui, d’irritation, d’exaltation, ou même de frustration.

Ce qui nous permettra de vivre cette expérience de manière évolutive est de rester toujours présent et de ne pas s’attacher aux vagues qui nous traversent. Lorsqu’un inconfort physique apparaît, on a coutume dans un premier temps de comprendre s’il vient de l’attachement de l’esprit ou du corps. On privilégie l’alignement et la respiration, un déséquilibre entre les deux apparaîtra d’une façon ou d’une autre au cours des 108 fois. Il est recommandé de s’auto-ajuster mais si l’inconfort persiste dans l’endurance, il ne faut pas hésiter à modifier (en allant directement de Ardha Utthanasa à Adho Mukha Svanasana par exemple).

Dans le yoga, nous devons toujours garder en tête ‘Ahimsa’ qui signifie “la non violence”, il ne faut donc pas forcer. Cette pratique peut devenir très rythmée et très hypnotique. On peut également varier les enchaînements pour rompre l’ennui, et même se mettre à défier la gravité. Ce rituel puissant nous évade de notre esprit occupé, c’est comme prendre des vacances de soi-même, de notre égo ‘Ahamkara’, de nos pensées limitantes ‘Upadhis’, ‘Maya’ et de nous enraciner profondément dans la Présence. On réalise alors notre vraie nature, en nous connectant à notre conscience absolue ‘Atman’. Dans cet état de béatitude, prenons chaque instant tel qu’il se présente et ne nous attachons à rien. 

Après le rituel des 108 salutations au soleil 

La séquence contient toutes les composantes d’une pratique complète de yoga : flexions arrière, flexions avant, pranayama. En répétant cette séquence 108 fois, nous revitalisons notre corps, vidons notre esprit et libérons notre colonne vertébrale. Libérer l’énergie stagnante peut faire ressurgir beaucoup d’émotions profondément enfouies. Prendre le temps de traiter le nettoyage en profondeur est primordial. 

Après cette pratique, prenons le temps en silence pour contempler, méditer, marquer une pause, peut-être écrire nos ressentis dans un journal. Pour finir, ne nous attachons pas à savoir si notre expérience a été « bonne » ou « mauvaise », observons simplement et laissons cette expérience nous apprendre sur nous-même. 

Petits tips avant de se lancer : 

– On a peut être envie de pratiquer le rituel des 108 salutations au soleil en extérieur, dans un parc et même à plusieurs pour rendre l’expérience collective 

– Avant d’en faire 108, on peut simplement commencer la semaine en pratiquant 6 à 12 salutations chez soi face à notre fenêtre pour préparer son corps, cela peut être considéré comme un échauffement 

– Rester bien concentré avec sa respiration : on inspire toujours vers le haut et on expire vers le bas 

– Pour suivre le compte, on peut utiliser 108 coquillages, ou pois chiches, haricots rouges, attention à ne pas utiliser de pâtes (à moins qu’elles soient sans gluten) ;p 

Victoria Hassen Ali

Victoria est métisse et découvre le yoga il y a dix ans lors de ses études d’architecture. Elle danse, écrit, dessine et conceptualise des espaces dans lesquels elle imagine ce que peuvent ressentir les autres derrière leur fenêtre, une fois les volets fermés. Le rapport entre le corps, l’espace et le temps la passionne. Elle s’intéresse à la géométrie sacrée intimement reliée au cosmos qu’elle retrouve dans le yoga. C’est en 2020 après l’annonce de son statut génétique que Victoria se lie d’amour pour les médecines douces, lorsqu’elle fait face aux limites de la médecine allopathique. Véritable guerrière de la vie, elle surmonte depuis l’enfance des pertes d’être proches qui l’ont orientée naturellement vers la spiritualité. 

Son intention de transmission est de partager des expériences qu’elle a vécues et surmontées, d’apprendre dans la joie, le rire et la bienveillance. 

Ses expériences professionnelles et personnelles lui ont appris à créer suffisamment d’espace pour équilibrer son corps et sa psyché et autant de libertés  pour conquérir son épanouissement. Sur son chemin de transformation,  Victoria se forme au Yin yoga avec Maricha Dumont, à l’Aqua yoga avec Caroline Nagel, puis au Vinyasa yoga au sein de l’école Organic Alchemy avec Ola Jas. C’est dans la pluridisciplinarité qu’elle trouve sa voie, en mouvement constant : Artiste Yogini 

Mantra : Danse avec la Terre 

Instagram : Venus.Spatiale