Evasion à Istanbul

Voyagez et pratiquez,

Parce qu’il est naturellement plus coutumier de voler avec son tapis vers l’Inde ou le nord d’Ibiza, nous souhaitons aujourd’hui emprunter les chemins de traverses et vous emmener voyager en Turquie… à Istanbul.

Parce que dans les voyages de Latcho Drom Yoga, au-delà de la pratique du yoga, il y a la découverte culturelle, et que la Turquie, pays situé à l’extrême est de l’Europe, et déjà aux portes de l’Orient… et que l’Orient est envoûtant…

Dans cette collaboration avec l’Amazone Leda, parisienne d’adoption, mais stambouliote d’origine, nous avons envie de vous en dire un peu plus, et dès que cela sera possible à nouveau, de vous guider dans une évasion, où à l’écoute de vos sensations, vous serez invités à découvrir les secrets des quartiers d’Istanbul et à pratiquer le yoga et la méditation là où on ne les attend pas…

© Niso Maçoro

Si vous hésitez encore…

© Niso Maçoro

voici nos 5 raisons d’aller à Istanbul …

1 – Trouver son équilibre sur le Bosphore

Un pied en Europe, l’autre déjà en Asie, le Bosphore fait partie intégrante du paysage urbain d’Istanbul. Qu’on choisisse de le parcourir en vapur ou en bateau privé, tel un spectacle qui défile sous nos yeux, au rythme du clapoti de l’eau et des chants des mouettes, on distingue les monuments emblématiques de la mégalopole, et les résidences des plus prestigieux. 

Les stambouliotes ne se lassent pas de contempler cette eau turquoise où le ciel s’y reflète différemment à toutes les saisons.

© Niso Maçoro

Siroter un çay (thé noir) ou le célèbre turk kahvesi (café turc) sur les rives du Bosphore est un luxe délicieux que chacun peut se permettre. Que ce soit lors d’une balade depuis les quartiers chics de la rive européenne, d’Arnavutkoy à Bebek, en s’arrêtant dans des sublimes restaurants renommés et étoilés, ou en sirotant une limonata (boisson rafraîchissante à base de citron) au sommet d’un des nombreux rooftop de la ville, ou bien encore assis sur un petit tabouret en bois à la terrasse improvisée d’un café de fortune, quelle que soit l’option choisie, c’est le bonheur !!!

2 – Percer les secrets de beauté des femmes : les trésors de Byzance

Notre amazone Leda nous parle souvent de ce marché des bijoux à Ortakoy où elle trouve toutes sortes de merveilles : des bagues, bracelets et colliers originaux, évocateurs d’un songe oriental, ottoman, dans lequel, à travers l’objet, on voyage déjà…

Les femmes turques sont très attachées aux accessoires qu’elles portent et à leur toilette. Jamais vous ne verrez une femme sans ses accessoires harmonisés avec sa tenue. La beauté est ici une affaire importante ! Petit secret de leur élégance au quotidien : les femmes turques passent a minima 1h par semaine chez le kuafor (salon de coiffure) dont le nom est tiré du français. C’est littéralement leur salon de beauté où elles sympathisent avec les voisines du quartier, se confient les derniers potins, un çay à la main, elles se font faire les ongles, le brushing : un vrai plaisir et un style de vie à l’oriental !

Cukurcuma Hamam – Istanbul

Les bains turcs, ou hammam, souvent adjacents aux mosquées, sont aussi prisés des habitants, femmes et hommes, qui s’y retrouvent pour un moment de détente et de convivialité. Nombreux hammams d’Istanbul sont un véritable voyage dans le temps, où l’on vit un songe éveillé, sous les coupoles de verres, l’odeur du savon nous enveloppe dans la douceur maternelle des femmes qui s’occupent de nous… Imaginez-vous là un moment, visualisez la pureté délicate du marbre blanc, le sourire bienveillant d’une femme qui vous tend la main pour prendre soin de vous, avant de vous laisser porter par la quiétude d’une pratique de yin yoga sous la lumière tamisée qui entre à travers les bulles de verres des coupoles de la salle de repos…

3 – Flâner à travers l’Histoire…

Capitale de 3 empires, byzantin, romain d’orient, et ottoman, Istanbul est une ville multimillénaire où l’héritage de son passé est partout là où on se déplace.

© Justine Milesi
© Niso Maçoro

Sainte Sophie, la Mosquée bleue… Sultanhamet, le grand bazar, tous ces noms évocateurs d’un passé luxuriant sont des incontournables que nous découvrirons avec un guide-francophone. Le Palais de Dolmabahçe, situé sur la rive européenne, avec sa vue époustouflante sur le Bosphore, est le plus grand Palais de Turquie avec ces 15 000 m2 !! Byzance c’est bien évidemment l’esprit des grandeurs, l’abondance !… Construit au 19e siècle il fut utilisé en tant que centre administratif vers la fin de la période ottomane. Le dernier Sultan vivait dans ce palais et en fit également la résidence de sa mère. Pas étonnant qu’Atatürk (le fondateur de la république Turque) l’ait ensuite choisi comme siège du gouvernement pour en faire un centre historico -politique dédié pour des congrès et conférences. Ce lieu emblématique est devenu sa maison et a de fait une place dans le cœur des turcs car c’est ici qu’il s’est éteint, dans son lit… à Dolmabahçe. Sa chambre est un lieu culte pour la nation turque et nous rappelle la grandeur de cet homme et sa passion pour le développement et le rayonnement de la Turquie moderne. Il est très commun de voir le portrait d’Atatürk dans les commerces, restaurants, entrées des maisons, ou encore affiché sur des drapeaux dans l’espace public.

Un instant fermez vos yeux, et imaginez tous ces hommes apprêtés autour d’une table à discuter de l’avenir de la Turquie… La décoration intérieure du palais est d’une finesse et d’une sensibilité à la croisée des styles baroque rococo et néo-classique mélangés avec les traditions de l’art ottoman. Orné de tapis, de lustres, de tableaux, d’objets de curiosité et d’une grande collection de meubles importés du monde entier réalisés par les meilleurs artisans, tout est finement sélectionné.

Le Sultan avait beaucoup de goût et n’avait pas peur de commander aux 4 coins du monde les plus belles réalisations ! Le plus grand lustre du Palais a d‘ailleurs été commandé aux français chez “Baccarat”. Sa visite est un passage obligé pour s’envelopper de la richesse de cette inspiration.

4- Tester la richesse de la street food

© Justine Milesi

SIMIT ! SIMIT !! s’écrient les vendeurs ambulants !! Hum, ce pain rond parsemé de graines de sésame, croquant et moelleux à l’intérieur, est si bon que l’on peut le manger à tout heure, matin, midi, et soir accompagné d’un çay ou du ayran (yaourt liquide) qui est une des boissons favorites des turcs. 

Des vendeurs ambulants en propose pour quelques centimes d’euros et c’est le plaisir de toute une culture vous en verrez un peu partout ! Recommandation à Kadikoy, la boulangerie de Simit : Yeldegirmeni Simit Firini.

© Justine Milesi

La Turquie, et particulièrement Istanbul, est renommée pour sa street food omniprésente, à toute heure et à tous les coins de rues ! Doner, dolma, balik ekmek, kokoreç, baklavas, kahvaltis, nous vous emmènerons à la découverte gustative de ces mets, au détour d’une promenade culinaire et culturelle sur deux continents…

© Justine Milesi

5 – Découvrir les îles aux Princes …

Imaginez que vous avez accès à un paradis ! Un paradis qui n’est pas encore découvert par les touristes et assez peu des stambouliotes. Seule une petite partie est au courant des îles aux Princes. Nombreux sont ceux qui pensent que c’est une légende ce havre de paix ! Et pourtant… imaginez une nature sauvage, telle que c’était il y a des centaines d’années. La grâce de Dame nature est là, elle nous entoure de vert et de bienveillance ! Immédiatement, on est surpris par la beauté et l’authenticité de ces 7 îles situées à seulement 1 à 2h de vapur de la ville.

© Leda Maçoro

« Les îles aux Princes” (Adalar en turc) était le lieu de plaisance ou de réclusion des princes byzantins, le lieu de villégiature favori de l’élite Stambouliote. Les 4 îles les plus habitées sont: Kinaliada, Burgazada, Heybeliada, Buyukada. Échappées belles dans la mer de Marmara, entre vieilles demeures bourgeoises en bois, mélange d’anciens édifices religieux, la population des îles est multiculturelle et à l’image de la mixité d’Istanbul. Sur chacune des îles se côtoient toutes les cultures : confession juive, chrétienne et arménienne.

© Justine Milesi

La traversée en bateau vers les îles permet déjà d’apprécier ce temps de transition qui ralenti au fur et à mesure… on se perd dans les vagues d’une eau bleue profonde et captivante aux sons des mouettes qui poursuivent les bateaux aidés par les morceaux de simit lancés par les visiteurs. Et puis la quiétude de ces îles réside aussi dans le silence. Aucun véhicule motorisé sur les îles, les calèches sont les seuls moyens de transports, avec les vélos. Un bien beau programme pour déposer son tapis et respirer face à la ville d’Istanbul qu’on aperçoit au loin.

Pour plus d’information sur l’évasion Istanbul & îles aux Princes, vous pouvez contacter Justine de Latcho Drom Yoga, et Leda des Amazones Parisiennes.

Pour en savoir plus :

Instagram : @latchodromyoga

Site web (à découvrir en mai 2020) : latchodromyoga.com

Qui est Justine, la fondatrice de LATCHO DROM YOGA ?

Passionnée par la découverte, et la rencontre des autres cultures, Justine puise son inspiration dans ses voyages, et notamment, à travers la culture indienne et l’art de vivre à l’oriental.

Après des études dans le tourisme solidaire, et l’anthropologie du voyage, elle travaille comme guide accompagnatrice en Himalaya, puis pour l’agence de voyages haut de gamme Voyageurs du Monde en tant que spécialiste des destinations Inde et Himalaya.

En résonnance avec son intérêt pour le sous-continent c’est naturellement qu’elle emprunte les chemins du yoga et de l’ayurvéda. Après avoir suivi différents enseignements en Inde, elle se forme au massage ayurvédique avec Kiran Vyas, puis au vinyasa yoga, et plus récemment au yin yoga avec Organic Alchemy, la formation de yoga coordonnée par les Amazones Parisiennes.

Au début de cette année 2020, Justine coordonne ses passions et son expertise pour donner naissance à un de ses rêves précieux de celui de fonder une agence de voyages qui allie découverte intérieure et extérieure.  Latcho Drom Yoga propose une offre unique, créative et authentique, où le voyageur est invité à pratiquer le yoga et à s’initier à des techniques de bien-être là où il ne les attend pas !

© Niso Maçoro

qui est l’ « amazone » Leda maçoro ?

L’évasion Istanbul & îles aux Prince est une co-création accompagnée par Leda Macoro.

D’origine turque, Leda a quitté Istanbul à ses 18 ans pour étudier l’art en France. Dans son parcours, elle découvre le yoga et se forme durant plusieurs années en dessinant des postures (environ 200! ). Elle intègre ensuite la formation de Yoga des Amazones Parisiennes, Organic Alchemy Yoga School et valide ses 200 heures en tant que Professeur de Vinyasa Yoga. Riche de cette double culture et parcours, elle intègre subtilement ses qualités d’artiste & illustratrice au Yoga et aux pratiques de bien-être qu’elle partage. Depuis la création du collectif, elle crée l’identité visuelle des Amazones Parisiennes et a fondé en 2018 son agence de création Essencia Design.

Texte écrit par Justine & Leda

UN GRAND MERCI à Niso Maçoro Photography pour ses merveilleuses photos de Istanbul (c’est le Père de notre Leda, un artiste amoureux de Istanbul et qui nous fait voyager de quartier en quartier pour faire découvrir sa ville). Vous pouvez voir ses photos sur son compte instagram !