Même s’il ne s’agit pas du tout que de ça, les festivals et le monde de la nuit peuvent avoir une connotation, outre à l’extravagance, aussi à la débauche. Ange le jour, démon la nuit. Parfait collaborateur en semaine, détraqué le week end. Dans une société où l’on a constamment la pression d’être à la hauteur, il n’est point surprenant que l’on retrouve la tentation des extrêmes pour équilibrer la personnalité de l’individu.


On fait souvent la fête pour compenser, on boit plus facilement pour mieux assumer ou se libérer, et en somme on passe le temps peut être pour oublier. Mais s’est on déjà offerte la possibilité de sublimer? Dans la première option, c’est comme si l’on abimait la matière pour se désintégrer petit à petit. Dans le second choix, c’est comme si on allait au-delà de la matière pour ressentir les énergies plus subtiles, là aussi on finit par se connecter au vide. Dans tous les cas, il semble que l’on soit rendu à l’Univers. Mais tout est une question d’attitude sur le chemin. Il ne s’agit pas du tout au rien, mais bien de comprendre que quoi qu’il en soit, c’est la même fin, alors autant faire de ce passage une célébration évidente.


Si vous acceptez la pilule bleue, vous dépérissez lentement, si vous assumez la pilule rouge alors vous avez conscience de la réalité. Il n’y a pas que dans Matrix qu’on est face au choix de sa destinée. On peut se voiler la face, mais si il y’a cette petite voix qui nous parle à l’intérieur, c’est bien pour réveiller le sens et nous inviter à connecter à notre intuition, apprendre à nous faire confiance pour faire des choix éclairés et judicieux sur notre condition. On finit par cultiver le bonheur d’être.Un bonheur unipersonnel, ne pourra satisfaire aucun humain qui ne s’est pas illuminé dans une recherche de fonte avec Dieu. Alors le fait de mettre en commun les ressources donne du sens, on cherche tous à faire partie d’une communauté à distance relative et chacun avec nos talents complétent la constellation nébuleuse du grand tout. On vibre tellement plus haut lorsqu’on est porté par quelque chose de plus grand que soi tout seul.


“Sex, drugs and rock ‘nroll” c’est glamour. Mais “sensualité, pana et organic down tempo” ça l’est devenu pour un public d’initiés et ça se développe dans le monde.

C’est même une nécessité pour retrouver du sens et alimenter cette idée que l’on peut “vibrer plus haut”. Imaginez un festival encourageant une expérience sensorielle (en référence au plaisir des sens et pas simplement à la sexualité) “consciente”, une vibration pratique sanatrice “healthy vibe” avec une  musique éthnique qui nous fasse voyager dans notre intérieur. Cultiver la Foie aujourd’hui n’est plus une problématique religieuse, c’est une intellectualisation du ressenti, une confiance éperdue en la vie qui nous libère. De plus en plus d’espaces de reconnection à soi s’ouvrent dans des vortex telluriques particuliers comme Ibiza, Goa, Bali ou Tulum par exemple. Là où les hippies on ressenti la beauté du monde, l’expression somptueuse de la Nature, et les promoteurs ont toujours suivi ces paradis artistiques pour les rendre lucratifs, mais l’Essence qui anime ces contrées laisse une empreinte particulière et inalterable qui fait que le luxe et le roots se côtoient.


Et de nouveaux courants d’expression prennent de l’ampleur dans nos villes saturées de formalités. Une brèche de liberté s’immisce grace à l’Ecstatic Dance par exemple. Né à Hawai, cette danse libre sur une modulation musicale éclectique et contenante permet à chacun de danser comme il le souhaite, ou de simplement s’allonger ou méditer, de s’écouter et de savoir ce qui est bon pour soi à chaque instant. C’est une vraie thérapie. Le Daybreaker à Paris est une journée par mois qui commence à 6h du matin avec un cours de yoga suivi de 2h hautes en couleurs et en mouvement, pour une bonne humeur garantie sur la journée. littéralement de quoi remuer des esprits constraints et éveiller le flot de vie.


Ce nouveau genre d’activité se propage avec le développement fulgurant du yoga, l’aspiration à un style de vie plus sain et inspiré, et une permission à la créativité sont les moteurs de cet essor. Soyons Libres et Heureux, expérimentons avec le corps pour donner de l’espace à l’esprit. Rendons nous compte de la beauté du monde en explorant nos entrailles et en apprenant à nous connaitre, à nous faire confiance et à sublimer la Vie.

Je baigne dans ce monde et ai envie de vous le partager. En 2020, je souhaite vous emmener à la découverte de ces Chemins du Bonheur. Avez vous envie de découvrir les figures de proue d’un monde meilleur? C’est toute ma Vie et j’ai envie de vous les partager ces rencontres  qui décuplent mon énergie et qui me permettent de trouver une place dans le monde, entre mes idéaux et la réalité. Oui le Bonheur se construit et se cultive, et ensemble on va plus loin, les Amazones le dise.Posez moi toutes vos questions sur ce monde à porté de main.

Ola Jas