Mon système immunitaire a toujours été fragile, avec du recul, j’ai commencé à comprendre pourquoi. 

1990 – 2008 : Cela commence dès l’enfance…

Mon histoire fera écho à la plupart des personnes de ma génération. La majorité de la population en ville, les mères travailleuses, les pères très occupés, une éducation basée en réalité sur une société conditionnée par la publicité et une emprise politique capitaliste marquée. Des générations de parents et d’enfants arrachés à leurs instincts et leur innocence.

Malgré tout, dès petite, j’ai toujours eu de la chance, au gré d’expériences désagréables, j’ai senti que la lumière m’accompagnait. Vous savez, ce petit éclat de chance qui transforme vos échecs en réels apprentissages. J’ai grandi dans une famille où la spiritualité (yoga, l’art, la médecine holistique, la puissance des pierres, le respect de la Nature…) essayait de se faire une place dans une société où elle n’était pas toujours bien vu, trop souvent pointée du doigt comme « sectaire ».

Mon père (maintenant professeur de yoga depuis plus de 10 ans) m’a toujours laissé cette liberté d’expression et me véhiculait l’idée que nous sommes tous des poussières d’étoiles

Le lien avec l’alimentation

En dehors des mois d‘été durant lesquels je vivais chez mes grands-parents en campagne, je n’ai pas eu une alimentation exemplaire, faute de temps, ma mère faisait du rapide.

Au lycée, sujette à de forts maux de ventre, j’ai développé des intolérances aux produits laitiers et au gluten. Malheureusement, je continuais à en manger sans savoir d’où venait ces symptômes. 

Une résistance aux antibiotiques

Ma mère, très protectrice, m’a fait vacciner (dont le « Gardasil » qui a causé des effets secondaires graves pour certaines jeunes filles) et à la moindre inflammation, j’avais le droit aux antibiotiques. Je suis maintenant persuadée que c’était une erreur. Comment en vouloir à une mère qui croit bien faire ? 

Autant vous dire que mon système immunitaire était sans défense, ma flore intestinale sûrement très pauvre et tout mon organisme intoxiqué, exposé à la pollution, aux ondes électromagnétiques, aux pesticides dans l’alimentation non adaptée (non bio) et au stress…

2009 – 2019

Une médecine dépassée qui survole les problèmes

Après plusieurs analyses et consultations chez des spécialistes toujours rien, je suis clairement cataloguée comme hypocondriaque ! 

En 2009, prise d’une grande fatigue, je subis d’autres tests qui indiquent que j’ai contracté Epstein Barr Virus plus communément connu sous le nom de la mononucléose. On vous dira que ce n’est qu’un petit virus et que dans 6 mois tout ira bien. FAUX.

Voilà que dix ans après, en juin 2019, suite à une supposée morsure de tique, mes symptômes resurgissent, mais cette fois-ci, sous des formes bien plus violentes :  Hématurie (sang dans les urines), otites, inflammations ganglionnaires, maux de ventre, nausées, vertiges, douleurs articulaires, troubles de la vision, brouillard mental, tremblements, frissons, fièvres inexpliquées…

Les résultats étaient flous, incomplets ou simplement mal analysés : positifs à certains tests de Lyme, suspicions sur d’autres, l’EBV positif à chaque fois… Mon médecin traitant est perdu et me demande d’aller consulter un infectiologue. 

Ce qu’on ne dit pas assez c’est que ce virus s’installe gentiment dans notre foie et se réveille sous forme d’inflammations à chaque pic de stress, choc émotionnel ou piqure/morsure d’insectes (tels que les tiques) ou l’accumulation des deux dans mon cas.  La plupart des médecins traitent en « urgence » les symptômes sans prendre le temps d’explorer la cause. Plus je m’informe, plus que je comprends que ce genre de virus peut tout à fait être à l’origine de lourdes pathologies (Alzheimer, Parkinson, polyarthrite rhumatoïde, lupus, fibromyalgie, thyroïde d’Hashimoto…). 

Mon métier : Ma carte chance, Sol Semilla

Sol Semilla représente bien plus d’une entreprise qui importe, distribue et cuisine des superaliments végans. Je la considère comme ma deuxième famille. La communauté qu’elle fédère ayant un but commun (naturopathes passionnés, collègues bienveillants, partenaires spirituels de cœur, clients attentionnés) m’a aidé dans ma quête de la guérison.

Equipe – Resto Sol Semilla , Paris

Un mois après la morsure de tique, fiévreuse depuis 3 jours, je me suis résolue à prendre le traitement d’un mois d’antibiotiques à large spectre (qui tuent pleins de bactéries) préconisé contre la maladie de Lyme. Je n’avais vraiment pas envie. En lisant divers témoignages, j’étais souvent prise de panique et avais l’impression que le chemin allait être long.

Je subis Juillet loin des tropiques et sous antibiotiques, accablée physiquement et moralement. Après un mois plutôt calme, les symptômes réapparaissent en Septembre et en Octobre.

J’ai suivi les conseils d’un médecin français qui m’a conseillé le « Desmodium » et de l’Huile d’extrait de Pépins de Pamplemousse. Cela m’a fait beaucoup de bien et a apporté soutient à mon foie et à mon système immunitaire, mais mes symptômes persistaient.

Octobre 2019 : Une opportunité en Or –  « Lave ton sang ! *»

Malgré une santé fragile, je décide de voyager avec le fondateur de Sol Semilla en Amérique Latine. Nous nous rendons chez nos producteurs et leurs cultures de superaliments. Nous avons rencontré des « guérisseurs » dans les Andes et en Amazonie qui se consumait sous nos yeux. Tous me répétaient « Limpia tu sangre* » en m’offrant avec générosité ces plantes (dont la « Manayupa que j’ai prise en tisane pendant 1 mois à mon retour) issues de leur précieux patrimoine botanique.

Nettoyer son sang, c’est comme renaître repartir de zéro. On devrait dire « faire sang neuf ».

Le parcours vers la Guérison Holistique : du brouillard à la clarté

J’avais énormément de retours sur différents traitements et approches alternatives. Mais par où commencer ?

Les plantes et compléments alimentaires suivants revenaient souvent : l’armoise, la griffe du chat, la klamath, les vitamines D3 et C, le Zinc, huiles essentielles d’origan, de thym et de cannelle… !

Octobre 2019 : Le protocole de MitiShamba 

Marie, SOL SEMILLA Boutique / Restaurant – © Nicolas B

Proche du restaurant Sol Semilla, nous avons la chance d’avoir le centre de soin MitiShamba crée par Karim qui s’est lui aussi battu contre une maladie auto-immune. Son équipe et lui me proposent de suivre un protocole, qui ne tarde pas à me remettre sur pieds (sauna infrarouge, massages aux huiles essentielles, régime cétogène, hypnose…).

Malgré tout, en Janvier, suite à une infection à l’œil assez impressionnante, je décide de faire un petit passage à l’institut Pasteur. D’autres pistes sont étudiées, le médecin écarte Lyme (selon mes derniers résultats du mois de Novembre étant négatifs. Aucune maladie tropicale n’est mise de côté, les analyses ne donnent rien. Je commence à comprendre que mon environnement ne m’est pas favorable, je dois quitter Paris.

Décembre 2019 à Janvier 2020: Mois de l’Espoir 

L’Aromathérapie et soins énergétiques

Une amie me conseille de consulter l’aromathérapeute Shéhérazade Kerzazi, qui travaille en lien avec des services de neurologie. A mesure de deux séances d’1h30 à 2h par mois, je revis peu à peu. 

Arrivée en pleurs chez elle, je repars avec l’espoir et la foi que tout ira pour le mieux. Les séances comportent :  massages, de mélange précis d’huiles essentielles à prendre au quotidien pour rebooster mon système immunitaire, soins par le son (fréquences en Hertz qui aident à soulager le stress et les traumatismes). En bref, tout ce qui peut représenter un poids émotionnel conscient ou inconscient dont il convient de se libérer pour faciliter la guérison. 

En plus d’avoir lié une nouvelle amitié sincère, j’ai redécouvert mes corps, physique et subtil, tout en me reconcentrant sur le moment Présent.

Janvier 2020 : La rencontre fortuite

Bien qu’épuisée par mon infection à l’œil, je travaillais sur le stand Sol Semilla ce jour-là lorsqu’un client qui me dit pratiquer la radiesthésie me demande si je vais bien. Je lui explique ce qui me traverse et me confirme que ce qui m’aidera le plus seront des shiitakés couplé à de l’origan. Je demande avis à mon aromathérapeute qui n’y voit aucun inconvénient. 

Février 2020 : un passage à Milan & COVID 19 

Mon éclat de chance repointe son nez, le 20 février 2020. J’arrive à Milan, le vendredi soir chez des amis. Ils me font découvrir les livres de « Medical Medium » (Anthony Williams) qui font sens. Dans la nuit, je rêve que je crache du sang. Le matin, je relate mon rêve à mes amis qui seulement deux heures après m’annoncent la présence de cas de COVID-19 dans la région. Mon inconscient me prévenait-il du danger collectif qui approchait ? 

Nous sortons tout de même, prudents, armés de gel et d’huiles essentielles, mais la panique est telle qu’elle s’est rapidement emparée de nous également. Contre toute attente, je rentre par le TGV le 24 Février et commence mon auto-confinement. Que ce serait-il passé si j’étais sortie comme à mon habitude pendant ces 3 semaines après mon retour ? 

Mars 2020 : Un rendez-vous inespéré 

J’avais tenté le tout pour le tout en Décembre en demandant un rdv avec le Dr Perrone de l’Hôpital de Garches (Rdv très difficile à obtenir). Quelques jours plus tard, on m’annonce que mon dossier est accepté. Me voilà en plein confinement à me rendre à cette consultation très enrichissante et plutôt positive. 

Le médecin trouve que les démarches sont plutôt bonnes et me dit de continuer ainsi tout en m’envoyant explorer d’autres pistes (écho abdominales, recherche de carences, d’autres anticorps révélateurs…). Le prochain RDV est au mois de Mai, ma recherche d’une explication plus claire continue.

Un apprentissage infini

Je me surprends parfois à penser que l’Univers m’a fait traverser tout cela pour me préparer à surmonter cette étape, à être prête pour ce qui va suivre, une évolution drastique de l’humanité.

Je n’ai plus peur, et me sens mieux, j’ai donné à mon corps et mon esprit tous les moyens pour se réharmoniser. Je pratique quotidiennement douches froides, respirations, activité physique plus ou moins intense, la méditation, la création (recettes, peinture…). Je travaille sereinement de chez moi tout en rêvant à un avenir libre, d’une vie en communauté au plus proche de la Nature. Je perçois qu’il est primordial de réapprendre au corps à savoir s’adapter à cet environnement parfois agressif dans lequel nous baignons. 

Rise up ! Quand allons-nous comprendre qu’en respectant la Terre on se respecte soi-même ?  

Ces maux qui nous affectent résident dans notre relation à la Terre et à nos corps. C’est le moment d’apprendre de nos erreurs, de se recentrer sur ce qui fait SENS. Il est temps d’arrêter de subir ce qu’une minime partie de la population impose à nos corps. Prenons nos responsabilités, agissons à notre échelle et là je parle d’instinct de Survie. Oui, carrément. Connectez-vous à cet instinct, que vous dit-il ? Le mien me murmure un mot : Equilibre.

L’équilibre Vie

Toute notre vie ne tient qu’à un fil, celui sur lequel nous marchons. Tel un funambule, nous cherchons l’équilibre. La pratique du yoga (asanas, méditation, mantra, karma yoga, respiration consciente, pensée positive, présence…) couplée à une alimentation consciente, instinctive, biologique, en grande majorité crue et diversifiée m’aident au quotidien à garder le cap.

L’Unité fait et fera la Force

Ce qui guérira notre civilisation des maladies contemporaines, n’est rien d’autre que la prise de conscience du TOUT, le respect du Vivant visible et invisible. La seule solution est d’allier l’intelligence humaine à celle de la Nature qui sait combler tous nos besoins. Retrouvons les bonheurs simples que procure l’autonomie.

Je remercie tous ces guides qui m’ont soutenu et éclairé sur ce chemin que je continue à tracer sereinement dans la confiance absolue que tout est possible.


Article écrit par Marie Rousset et rédigé par Adelina Voinea


MARIE ROUSSET

SEL SEMILLA Boutique / Restaurant
Responsable Communication et Qualité