A l’heure où l’expérimentation de l’usage du cannabis thérapeutique va débuter courant 2020 en France (Suisse, Italie, Espagne, Hollande sont déjà loin devant nous en terme d’études), que dit la science sur ses effets médicaux ? Petit tour d’horizon des pathologies dont les symptômes sont soulagés par la consommation de CBD. Et de la manière dont le cannabis agit sur notre corps.

Table des Matières

Différences entre THC et CBD

Deux molécules, et une multitude de cannabinoïdes

Revoyons les bases : le « cannabis », ou pour être plus précis, le THC, c’est la plante que l’on fume pour son effet high, celle-là même dont Bob Marley, Serge Gainsbourg, et tant d’autres vantent les mérites, et qui a connu l’essor que l’on sait avec l’avènement de la culture hippie. C’est avec ce THC (pour tétrahydrocannabinol) que l’on fabrique le shit, ou « résine de cannabis ». Et c’est ce même THC qui est toujours illégal en France.

Comme le CBD, le THC est un cannabinoïde, c’est-à-dire une molécule produite, entre autres, par le cannabis. Mais, au grand étonnement de beaucoup de ses détracteurs, et même d’une majorité de ses adeptes, le cannabinoïde peut être aussi synthétisé en laboratoire, ou observé dans le corps humain. Il s’agit alors de cannabinoïde endogène.

Notons que dans la plante de cannabis, il existe près de 100 types de cannabinoïdes différents. Et c’est cette plante seule qui produira le fameux THC, auquel cas on parlera de cannabinoïdes végétaux, ou phytocannabinoïdes.

Historique du CBD

On trouve les premiers témoignages de consommation de cannabis vers 2700 ans avant JC, en Chine. Cette antériorité incroyable dans l’histoire humaine explique sans doute pourquoi les scientifiques ont commencé si tôt à en étudier les vertus.

La tradition Indienne dit que les dieux donnèrent aux hommes le chanvre afin qu’ils connaisent le courage, l’extase et d’intenses désirs sexuels. Une boisson à base de cannabis est d’ailleurs consacré au dieu Shiva. En Inde, les saddhus ou hommes saints fument le chanvre pour les aider dans leur méditation. Son usage remonterait jusqu’à 4800ans

La Chine est d’ailleurs le pays a en avoir pratiqué la culture depuis de nombreux siècles. Un prêtre taoïste signale en 500av. JC que le cannabis était consommé avec du ginseng pour avancer le temps et révéler les évènements futur. Certains botanistes chinois mentionnent les propriétés thérapeutiques du chanvre. L’empereur Shen-Nung serait celui qui a découvert ses propriétés médicinales. De même on a retrouvé des traces en Egypte remantant à 4000ans. Les Scythes faisaient des bains de vapeur avec. Selon la tradition du bouddhisme mahayana, le bouddha aurait vécu d’une graine de chanvre par jour durant les 7 étapes qui le menèrent à l’illumination.
En Afrique, il est une tradition aussi bien médicinale que rituelle. On s’en sert comme anesthésique ou bien pour soigner le paludisme, l’anthrax… Le cannabis fut apporté en Amérique du sud par les espagnols au 16ème siècle; il se popularisa très vite au Mexique. Son usage est aussi très populaire en Jamaïque, principalement chez les rastafariens, adeptes d’une religion ou ils trouvent l’inspiration auprès de leur Dieu, Jah, en fumant du cannabis.

Les dernières recherchent démontrent que le cannabis soulage un grand nombre de troubles et agit sur de graves maladies. Entre autres : Nausées et vomissements; le manque d’apétit, les douleurs, les migraines (plus efficace que l’aspirine!), les spasmes et convulsions; l’anxiété; les inflammations, le glaucome, l’asthme; le cancer (limite la prolifération des cellules cancéreuses).

Le CBD est quant à lui étudié depuis le dix-huitième siècle, avant d’être isolé en 1940 par Adams.

Sans doute faut-il penser que le CBD souffre de la mauvaise réputation de son prédécesseur sur cette question. Le THC, malgré une importante consommation en Europe au dix-neuvième siècle est peu à peu devenu tabou dans nos sociétés, et aujourd’hui encore, on voit bien que les partis politiques de tous bords ne se lancent dans cette question qu’avec réserve. Or le CBD souffre sans doute de sa trop grande ressemblance avec le THC, et beaucoup le considèrent encore comme une nouvelle drogue douce. D’ailleurs, ne l’appelle-t-on pas souvent « cannabis légal » ?

Le CBD, qu’est-ce que c’est ?

Le CBD, ou cannabidiol, est une substance naturelle présente dans les plantes comme le cannabis ou le chanvre. Isolé des autres substances nocives comme le THC, il se révèle être un agent actif contre le stress, l’anxiété, l’inflammation et les nausées.

Etudié depuis le milieu du 18e siècle, il faudra attendre les années 2000 pour voir le CBD faire son apparition sur le marché public. Tout d’abord proposé en Suisse, le produit passe rapidement la frontière, soumis à des conditions et des réglementations précises. En effet, pour qu’il puisse être vendu dans l’Hexagone, le taux de THC contenu dans la plante dont il émane doit être inférieur à 0,2 %. Un vendeur de CBD doit donc pouvoir répondre à plusieurs questions qui pourraient vous aider à faire votre choix lors de votre achat.

L’impact du THC et du CBD sur notre cerveau

Et pour se ressembler, ils se ressemblent, comme deux gouttes d’eau : apparence, odeur et même modes de consommation sont à peu près identiques. Peu de choses différencient donc CBD et THC, sinon le principal, à savoir leur impact sur notre cerveau.

Pour le comprendre, il faut comprendre exactement ce qu’est un cannabinoïde : pour schématiser, les cannabinoïdes sont des molécules qui vont activer les divers récepteurs cannabis de notre corps, puisque c’est ainsi que fonctionne cette molécule, en se connectant à nos récepteurs. Mais le fait est que ces récepteurs peuvent être soit dans notre cerveau soit n’importe où ailleurs dans notre corps. Et c’est ce qui fait toute la différence ici.

Car celui qu’on nomme THC est un psychoactif. Il va donc avoir un impact sur notre système nerveux. Dans le cas du THC, il va s’agir d’une sensation d’ivresse, et c’est d’ailleurs pour cela qu’il est si prisé, et illégal évidemment. Beaucoup, on le sait, le consomment pour ses vertus récréatives, mais de plus en plus on se pose la question de son utilisation thérapeutique.

Les vertus du CBD

À l’inverse, le CBD, quoique lui aussi de nature psychoactive, va impacter très différemment le système nerveux du consommateur. Il ne vous rendra pas high, et ne sera jamais l’origine d’une quelconque ivresse, quelle que soit la façon dont vous le consommez, en huile, en le fumant, ou en le vapotant.

De nombreuses vertus sont prêtées au CBD : utilisé dans le monde médical pour traiter les inflammations, l’anxiété, les nausées et les convulsions, ainsi que pour sa capacité à inhiber la croissance de certaines cellules cancéreuses, il aurait aussi pour effet de calmer schizophrénie, troubles autistiques et épilepsie.

Dans le cadre d’une consommation personnelle, il est recherché pour ses vertus apaisantes, pour lutter contre les angoisses, le stress ou contre les insomnies par exemple.

 Enfin, et telle est la raison pour laquelle il reste relativement marginal, le CBD contient du THC. Mais aucune crainte de ce côté là, puisque pour pouvoir être vendu, il faut que sa contenance en THC ne dépasse pas 0,2%.

À quoi faut-il faire attention lors de l’achat de produits à base de CBD ?

En quelques années, le CBD s’est forgé une place sur le marché des produits naturels liés au bien-être. Présent dans les fleurs et les feuilles de cannabis, le CBD est un composé chimique naturel que l’on retrouve également dans la marijuana et le chanvre.

Sa particularité ? Contrairement au THC (la substance psychoactive du cannabis), le CBD n’a pas de liaison particulière avec les deux principaux récepteurs cannabinoïdes (CB1 et CB2) lorsqu’il est consommé, quelle que soit la quantité. Le CBD permet donc de pleinement profiter des effets bienfaisants de la plante.

Qu’est-ce que le CBD, exactement ? Sous quelle forme le trouver ? Comment bien choisir son produit lors de l’achat ? Ensemble, découvrons un produit bien-être qui n’a pas fini de faire parler de lui !

Quels sont les points importants à considérer lors de l’achat de produits à base de CBD ?

Vous avez décidé d’essayer le CBD mais ne savez pas par où commencer ? Pour faire votre choix en toute sérénité, il existe plusieurs points de vigilance à prendre en compte. Lors de votre passage au magasin ou de votre commande en ligne, il convient de les appliquer comme suit :

Informez-vous sur les connaissances de votre vendeur

Votre vendeur doit connaitre son produit à la perfection. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à aborder certains points techniques avec votre détaillant. Celui-ci devra être en mesure de vous fournir les informations concernant la culture du produit que vous achetez. Vous pourrez donc demander à obtenir des informations sur le producteur qui cultive le chanvre et la provenance des matières premières.

Si vous achetez votre CBD en ligne, il en est de même. La transparence doit être complète pour ce genre de produit, vous permettant d’établir un rapport de confiance avec le vendeur. En outre, n’hésitez pas à vous renseigner également sur la méthode de fabrication du CBD, et sur le(s) procédé(s) d’extraction de l’huile de CBD qui vous intéresse.

Renseignez-vous sur la nature de la plante

Bien que le CBD se retrouve dans toutes les plantes de la famille des sativa, prenez soin de bien vous renseigner sur la provenance de votre produit. En effet, même s’il arrive de les confondre, les différentes plantes à l’origine de produits à base de CBD ne sont pas identiques. En France, seules les variétés de cannabis sativa L. ssp. Sativa (« chanvre » ou « chanvre cultivé ») sont autorisées. Le cannabis sativa ssp. Indica, encore appelé « chanvre indien », quant à lui, n’est pas autorisé, car considéré comme une variété de chanvre « à drogue », au titre de l’article R. 5132-86 du code de santé publique.

Surveillez le taux de THC du produit

Votre vendeur de CBD doit être en mesure de vous apporter toutes les informations relatives à ses produits à base de CBD, y compris les informations concernant le taux de THC. En effet, il doit être en possession des résultats des tests réglementaires effectués par des entreprises tierces.

Ainsi, la plante doit respecter un taux maximum de 0,2 % de THC pour que le produit fini puisse être légalement commercialisé en France. Il faut également savoir qu’il existe des produits à base de CBD sans aucune trace de THC.

Vérifiez les sources du CBD

Lorsque vous achetez votre CBD (huile de CBD, fleur de CBD etc.), n’hésitez pas à vérifier quelques points importants concernant l’entreprise dont il émane. Outre les informations sur la provenance et la confection des produits, n’hésitez pas à glaner sur le net les différents avis clients qui pourront vous permettre de vous faire une idée quant au sérieux de l’entreprise. N’hésitez pas à vérifier également à ce que les différents labels soient bien présents. Parmi ces labels nous pouvons retrouver la certification ISO 9001, mais il en existe d’autres. À ce titre, la première certification pour les produits au CBD en Europe a été présentée par le Cannabinoïden Adviesbureau Nederland (CAN) en janvier 2020, en vue de construire des ponts entre les législations nationales et internationales.

Acheter de l’huile de CBD en ligne

Beaucoup de site de vendeur de cigarettes electroniques se sont mis sur le crédeau ce qui pourri un peu Google. Voici une liste directe de producteursqui livrent des huiles CDB en France, je ne liste que les BIO :

Pour les anglophone voici la meilleure communauté pour des avis sur une marque deCBD

Déterminer le bon dosage d’huile CBD. Combien de gouttes ?

Chaque individu étant différent, il va falloir déterminer un dosage de CBD correspondant à vos besoins et à vos particularités. Il est conseillé de débuter la consommation de CBD par de faibles doses. En effet, dans un premier temps, préférez des prises de 5 à 10 mg de CBD. Puis, 3 à 4 heures après la prise, augmentez la dose si nécessaire. En procédant par étapes, vous obtiendrez rapidement le bon dosage pour votre propre corps. Si l’effet ressenti à la prise du CBD ne vous satisfait pas, ne forcez rien et arrêtez immédiatement la consommation de ce produit. Si vous en prenez trop le CBD va vous rendre somnolent voir vous endormir. Vous pourriez aussi avoir une la migraine. Le lendemain, prenez en alors un peu moins.

Cannabis thérapeutique : un traitement indiqué dans les pathologies lourdes et invalidantes ?

Quelles maladies peuvent-être soulagées par le cannabis ?

L’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) est à l’origine du programme d’expérimentation du cannabis à usage thérapeutique. Ce dernier devrait avoir lieu au deuxième semestre 2020 sur un panel de 3 000 malades, suivis pour des pathologies lourdes comme la sclérose en plaques ou en oncologie pour des patients suivant une chimiothérapie.

Sur son site, l’ANSM liste ces situations thérapeutiques qui ont été définies par un comité scientifique crée en septembre 2018 et baptisé comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) :

  • Les douleurs neuropathiques qui sont réfractaires aux thérapies actuellement accessibles. Ces douleurs sont dues à un dysfonctionnement du système nerveux central (le cerveau) ou du système nerveux périphérique. Elles se manifestent souvent par des sensations de brûlure, de coups de poignards et de chocs électriques et sont difficilement soulagées par les remèdes administrés à ce jour.
  • Les formes d’épilepsie sévères et résistantes aux médicaments.
  • Les soins de support en oncologie pour les malades atteints de cancer et suivant une chimiothérapie.
  • Les soins palliatifs pour les patients en fin de vie.
  • Les contractions musculaires exagérées et douloureuses qui se manifestent au sein de pathologies comme la sclérose en plaques et dans d’autres maladies touchant le système nerveux central, à l’instar de la sclérose latérale amyotrophique. C’est ce que l’on appelle la spasticité qui se traduit par des spasmes très violents, des contractures très fortes des muscles qui sont également extrêmement douloureuses.
Quelle est l’action du cannabis sur les pathologies lourdes ?

Peu d’études sur l’action du cannabis thérapeutique ont été menées à ce jour. On peut citer celle dont les résultats sont parus dans la revue The European Journal of internal Medicine. Elle a été menée sur 901 patients de plus de 65 ans qui souffraient de douleurs liées à différentes affections : maladie de Parkinson, cancer ou encore maladie de Crohn. Il leur a été administré pendant six mois des traitements à base de cannabis thérapeutique : 93% d’entre eux ont vu la diminution de leur douleur et une amélioration de leur état général.


Non le cannabis thérapeutique ne guérit pas mais il peut soulager les souffrances liées à des maladies souvent incurables qui possèdent un caractère dégénératif. A noter que ce n’est pas un cannabis possédant une forte teneur en substance psychoactive – le tétrahydrocannabinol (THC) – qui est administré aux malades. Le THC étant fortement présent dans le cannabis récréatif qui reste illégal en France. Mais un produit riche en cannabidiol (CBD), et très faible en THC, qui possède un effet relaxant. Selon des conclusions de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en 2018, ce cannabis thérapeutique ne possède pas de pouvoir addictogène, contrairement à son cousin consommé dans un but festif.

Voici quelques propriétés thérapeutiques du cannabis démontrées par des études scientifiques :

  • Propriétés anti-inflammatoires, notamment dans la maladie de Parkinson;
  • réduction des convulsions chez les sujets épileptiques;
  • traitement des symptômes invalidants de la sclérose en plaques et baisse de la spasticité;
  • propriétés analgésiques soulageant les personnes souffrant de fibromyalgie, de migraines non soulagées par les médicaments conventionnels ou du syndrome de l’intestin irritable.
  • propriétés anti vomitives et contre les nausées pour soulager les effets secondaires de la chimiothérapie pour les malades du cancer.

Comment le cannabis thérapeutique agit-il sur notre corps ?

Le CBD n’a pas d’action psychoactive sur le cerveau, une action qui produit habituellement une sensation euphorisante. En revanche il stimule les cannabinoïdes naturellement présents dans notre corps : les endocannabinoïdes. La prise de CBD active certains autres récepteurs comme :

  • l’anandamide qui a des fonctions analgésiques;
  • l’adénosine qui a un effet anti inflammatoire;
  • la sérotonine qui est chargée de réguler l’humeur et fait défaut dans des pathologies comme la dépression ou l’anxiété.

Comment est administré le CBD ?

Il existe en réalité plusieurs CBD à visée thérapeutique qui recèlent une répartition THC/CBD variable. Le dosage s’effectue en fonction des besoins du patient. Et il ne s’agit en aucun cas de fumer ces substances, mais de les ingérer sous différentes formes : huiles à usage sublingual (sous la langue), fleurs séchées à vaporiser, capsules d’huile, suppositoire, crème de CBD ou encore solutions buvables.

Le but est de faire atteindre un maximum de molécules de CBD nos vaisseaux sanguins. On parle de qualité d’assimilation. Le meilleur serait donc la seringue 😀 mais personne ne fait cela pour des raisons d’hygiène et de sécurité. Viens ensuite la méthode du suppositoire mais son prix est élevé (je ne sais pas pourquoi). L’huile est un bon compromis.

Le Canabis dans le milieu médical

Actuellement – hors de l’expérimentation engagée sous la houlette de l’ANSM – le cannabis à visée thérapeutique reste globalement interdit en France. Il ne peut être autorisé que de façon temporaire et nominative et au cas par cas avec un suivi médical strict. Il existe actuellement trois médicaments qui ont reçu une autorisation d’utilisation par l’ANSM :

  • Le Marinol qui se présente sous forme de capsules. Il est destiné aux malades souffrants de douleurs neuropathiques.
  • L’Epidiolex, une huile à base de cannabidiol, prescrit dans les cas d’épilepsie infantile.
  • Le Sativex pour les patients atteints de sclérose en plaque. Ce dernier n’est pas vendu en France, l’ANSM et le laboratoire qui le fabrique n’ayant pas réussi à s’accorder sur son prix de vente. Il est commercialisé en Suisse depuis 2013.

5 idées reçues sur le CBD et l’huile de chanvre

Comme tout nouveau produit, l’huile de chanvre et le CBD suscitent la polémique et génèrent bon nombre d’idées reçues. Le rôle des vendeurs de CBD et d’huile de chanvre est donc de rassurer les consommateurs en leur apportant des réponses claires à leurs questions.

Le CBD souffre d’une mauvaise image, les plantes dont il est issu pouvant être associées à des drogues. En outre, de nombreux utilisateurs potentiels ont tendance à confondre l’huile de CBD et l’huile de chanvre, pensant que tous les produits se ressemblent et ont les mêmes effets. Les différentes huiles sont-elles identiques ? Risque-t-on de « planer » en prenant du CBD ? Il est temps de faire la part des choses et de démêler le vrai du faux en passant au crible 5 idées reçues sur le CBD et l’huile de chanvre.

Le CBD et l’huile de chanvre : c’est la même chose

Faux. D’ailleurs, la botanique nous le prouve très simplement. De nombreuses études ont été menées et prouvent que les différentes plantes (cannabis, chanvre, marijuana…) possèdent leurs propres propriétés.

Saviez-vous qu’il existe notamment plusieurs huiles de chanvre ? L’huile à spectre complet réunit tous les cannabinoïdes présents dans la plante : CBD, CBG, CBN, CBC. Elle comprend également des flavonoïdes, des terpènes et une faible dose de THC. A contrario, l’huile de chanvre à large spectre inclut toutes les substances présentées précédemment, mais ne contient aucune trace de THC. Le CBD, quant à lui, représente l’agent actif dépourvu de toute autre substance.

Toutes ces huiles agissent différemment sur l’organisme. En revanche, seule l’huile de chanvre à spectre complet peut prétendre à créer un effet d’entourage. Cet effet lie toutes les substances présentes dans l’huile pour agir sur l’ensemble du corps.

Les huiles dérivées du cannabis font planer les consommateurs

Faux. Avec les huiles dérivées du cannabis, il est très compliqué de se retrouver dans un état second. En effet, ces huiles ne contiennent au maximum que 0,2 % de THC (seuil légal en France). Cette dose est bien trop faible pour avoir un quelconque effet négatif sur le corps.

La réglementation en vigueur normalise le taux maximum de THC dans les plantes avec lesquelles sont produites l’huile de chanvre et l’huile de CBD. Si un producteur ne respecte pas ce taux, celui-ci court des risques importants, ses produits pouvant être retirés de la vente et sa production détruite.

La sensation que les gens peuvent ressentir suite à la prise de CBD ou d’huile de chanvre est un déclenchement du système endocannabinoïde, une zone présente chez tout être humain.

Il est possible d’être contrôlé positif à la drogue suite à la prise de CBD

Faux. À l’heure actuelle, aucune mesure ne permet de déterminer individuellement le taux de THC présent après une exposition de longue durée au CBD. Bien sûr, au fil du temps le taux de THC augmentera jusqu’aux environs de 1 % à 1,3 %. Comme chaque individu est unique, il est pour le moment impossible de déterminer ce taux avec exactitude. Néanmoins, une prise temporaire d’huile de CBD et d’huile de chanvre ne déclenche pas de résultats positifs dans le cadre d’un test de dépistage.

Les cannabinoïdes sont psychoactifs

Vrai. Les cannabinoïdes, en particulier ceux qui se retrouvent dans le CBD, sont en effet psychoactifs. Comme avec le café, en prenant du CBD vous ressentirez un regain d’énergie important. Le produit permet ainsi de combattre l’anxiété, la dépression ou encore la douleur. Néanmoins, le CBD n’est pas psychotoxique, c’est-à-dire qu’il n’entraîne aucun effet négatif au niveau du cerveau et ne met pas les consommateurs dans un état second.

Les produits à base de cannabis ne sont pas sûrs

Vrai et Faux. Le corps humain produit chaque jour des molécules semblables à celles qui sont présentes dans le cannabis, le tout grâce au système endocannabinoïde. Ce dernier maintient l’homéostasie du corps. Ainsi, il est donc impossible de faire une overdose en consommant de l’huile de chanvre ou du CBD. Si l’effet du cannabis est puissant, c’est que celui-ci imite nos propres endocannabinoïdes.

Les produits consommés doivent ainsi provenir d’une source sûre et la consommation doit être limitée aux doses prescrites par le laboratoire ou le producteur.

Le houblon produit du cbd, le saviez-vous ?


Bien que le CBD soit connu comme étant un des nombreux cannabinoïdes produits par le cannabis, saviez-vous que certaines variétés de houblon en produisaient également ? Et saviez-vous que certaines huiles de CBD sont produites à partir de cette plante ?

Le cannabis (ou chanvre) n’est pas la seule plante à produire cette molécule ! Si elle a le monopole du THC (ou presque), il n’en est pas de même pour le CBD.
Certains fabriquant mettent d’ailleurs le houblon à profit pour produire une huile dont les effets sont comparables à celle fabriquée à partir du cannabis sativa.

Cette huile possède-t -elle les mêmes propriétés sur le corps humain ? Ses composés sont-ils différents de ceux obtenus à partir du chanvre ? Leur consommation est-elle autorisée ?

Le CBD du houblon est-il comparable à celui du cannabis ?

Aussi surprenante soit-elle, la réponse est oui !
Aussi bien le cannabis que le houblon produisent du CBD, composé utilisé comme anti-inflammatoire pour soulager certains maux du corps, certaines formes d’anxiété, ainsi que les troubles du sommeil (calmant et sédatif léger pour lutter contre l’insomnie). Dans ces deux variétés de plantes, on retrouve la forme pure du cannabidiol.

A toutes les personnes soucieuses de ne pas se mettre en porte-à-faux avec la loi qui encadre la consommation de cette molécule en France, sachez qu’il existe une alternative plus que viable : le houblon.

Attention toutefois, il est important de noter que l’huile de CBD obtenue à partir de cette plante est moins concentrée que celle obtenue à partir de cannabis. Le chanvre donne des huiles pouvant contenir jusqu’à 20% de CBD, tandis que le houblon permet d’obtenir des concentrations de l’ordre de 1%. Cette différence de dosage donne l’avantage au cannbis.
Pour autant, il s’agit bien du même composé qui permet de lutter contre les mêmes maux du corps.

Comment est extrait le CBD du houblon ?

De même que pour le cannabis, le CBD ne se dilue pas dans l’eau, même dans l’eau bouillante. Oubliez l’infusion ou les méthodes dédiées à certaines plantes médicinales édictées par la phytothérapie ! Il est donc nécessaire d’avoir recours à des solvants qui permettront de l’extraire. Il s’agit généralement d’alcool voire de CO2 qui permet d’obtenir un isolat. Par cette méthode, le résultat obtenu est un concentré de CBD.

La molécule de CBD n’étant pas lyophile (soluble dans l’eau), il est nécessaire d’avoir recours à des procédés d’extraction plus élaborés. Ces derniers ne laissent aucune trace d’agents potentiellement dangereux pour le corps et la santé des consommateurs. Ils sont totalement éliminés avant commercialisation de l’huile. C’est d’ailleurs cette méthode qui est utilisée pour l’extraction complète du THC contenu dans le cannabis.

Existe-t-il des compléments et des produits contenant du CBD de houblon ?

Il existe en effet des produits dont le CBD est issu du houblon. Toutefois, sur ce marché florissant, ce composé est bien plus souvent issu du cannabis que du houblon. La raison est très simple : sa concentration plus élevée.

Tous ceux qui cherchent à consommer du CBD le font pour une bonne raison (apaiser les troubles digestifs, les insomnies, les nausées, etc.). Aussi, plus sa concentration est importante, plus il est facile d’en prendre la dose adéquate. Qu’il s’agisse de compléments alimentaires (récupération des sportifs, soulager les maux du corps, améliorer le sommeil), ou d’huile qui sera inhaler ou ingérée, il est plus confortable et facile de ne prendre que quelques gouttes.

Or, avec une concentration 20 fois moins élevée, un flacon d’huile de CBD issue du houblon demande va être consommé plus rapidement. Et compte tenu du fait que les procédés d’extraction sont comparables, les prix de l’huile de chanvre et celle de houblon sont très proches. Autant opter pour une solution aussi concentrée que possible.

Puis-je cultiver du houblon pour en extraire le CBD ?

Sachant qu’il est désormais possible de facilement trouver des graines de cannabis à forte concentration de CBD, leur culture n’est pour autant pas très légale. Un consommateur lambda pourrait donc vouloir faire pousser du chanvre pour en extraire le fameux composé qu’il recherche, le CBD.

Compte tenu de la difficulté que représente le procédé d’extraction, nous ne saurions que trop vous recommander d’acheter de l’huile prête à l’emploi. D’une part, vous connaîtrez précisément la qualité et la concentration de votre solution, d’autre part, vous ne serez pas amené à manipuler des produits potentiellement dangereux.

Certes, les effets du CBD du cannabis et du houblon agissent exactement de la même façon sur les récepteurs du corps humain, mais ils ne sont malheureusement pas comparables quant à leur proportion. Aussi, afin d’éviter toute intoxication, préférez des huiles élaborées sous contrôle sanitaire et médical, vous serez sûr de ce qu’elles contiennent. Vous n’aurez pas à tâtonner ni rechercher pendant des jours ou des semaines la dose juste pour vous soulager ou obtenir l’effet attendu. Ne cherchez donc pas de graines de houblon pour en faire la culture pour assurer votre consommation de CBD.

Le houblon contient-il d’autres composés ou d’autres produits que le CBD ?

A vrai dire, même si les différentes variétés de houblon venaient à contenir d’autres substances que le CBD, soyez sûr qu’elles ne contiennent pas de THC. Elles ne provoqueront donc aucun des effets des différents cannabinoïdes connus à ce jour, hormis celui du CBD.

De plus, le procédé d’extraction permet d’obtenir un concentré de la molécule visée, débarrassé de tous les autres composés, aussi bien chimiques qu’aromatiques.